Top 10 des remèdes naturels contre les règles douloureuses

Vos règles vous vont souffrir et vous cherchez une alternative aux médicaments ? Remèdes de grand-mère, aromathérapie ou médecines douces, retrouvez ici 10 méthodes simples et naturelles pour soulager crampes, contractions et maux au bas-ventre ou au dos. Avec mes 20 ans d’expérience en la matière, j’ai eu le temps d’en tester une sacrée quantité. Certaines m’ont réellement soulagée, d’autres un peu moins. Elles sont en tout cas bien évidemment cumulables et vous y trouverez, je l’espère, celles qui vous convient le mieux !

Attention, si certaines de ces méthodes ont fonctionné pour moi, elles ne peuvent en aucun cas remplacer un avis médical. N’hésitez pas à consulter un spécialiste si vos symptômes persistent.

La chaleur

Première méthode simple pour soulager vos règles douloureuses (également appelée dysménorrhée) : appliquer du chaud là où vous avez mal !

Si vous êtes chez vous, vous pouvez ainsi prendre une douche plus chaude que d’habitude et effectuer des mouvements circulaires avec votre pommeau sur le bas de votre ventre ou vos reins. Le soulagement est généralement immédiat bien que d’intensité variable selon les femmes.

Vous vous tordez de douleur et n’avez pas le courage de passer sous l’eau ? Pensez à la bouillotte ! Je vous l’accorde, ça fait un peu méthode de grand-mère mais c’est pourtant très efficace ! Allongée dans votre canapé ou sur votre lit, positionnez une bouillotte sur le bas de votre ventre et une autre sous vos pieds durant une dizaine de minutes. Prenez le temps de bien vous détendre les yeux fermés et de ressentir la chaleur. Et surtout n’hésitez pas à respirer profondément, l’essentiel étant de relâcher l’ensemble de ses muscles.

Je suis une grande adepte de ces moments de zénitude (même quand je n’ai pas mes règles !) et pour ma part, je cherchais des bouillottes vraiment douces pour renforcer ce côté cocooning. Si vous êtes comme moi, je vous recommande vivement la marque Umoi et son enveloppe tout en polaire.

Je vous conseille enfin de consommer des boissons chaudes (thés ou infusions) tout au long de votre période de règles. Certaines plantes sont ainsi connues pour soulager les spasmes : la camomille, l’onagre, le framboisier ou encore l’achillée millefeuille.

J’en ai testé de nombreuses variétés que j’alterne selon mes envies (on n’oublie pas de se faire plaisir quand même !) mais celle que je trouve la plus efficace reste l’infusion « Équilibre féminin » de chez Yogi Tea que je me procure dans la Biocoop de mon quartier.

Le sport

Je suis une adepte du vélo et des longues promenades en forêt. J’avais autrefois tendance à mettre de côté mes activités sportives lorsque j’avais mes règles pensant que tout effort physique allait finir d’achever le peu d’énergie qu’il me restait.

Sur les conseils d’une amie, j’ai malgré tout testé une balade à pied en pleine période menstruelle à ses côtés, ma super copine me certifiant que le sport activait le flux sanguin, oxygénerait les muscles et les organes et donc soulagerait la douleur.

À l’heure actuelle, je dois avouer qu’elle avait vu juste et je suis aujourd’hui plus encline à quitter mon canapé pour faire une petite demi-heure de promenade lorsque je suis tenaillée par la douleur. Je prends l’air, je pense à autre chose et mon corps semble apprécier peu à peu ! Et quand il fait froid et que je manque de courage, j’opte pour une séance d’étirements (il existe des tonnes de vidéos sur YouTube) et ça fait du bien !

Vous l’avez compris, je parle ici d’activités douces ! Je ne suis en effet pas convaincue que des sports plus toniques auraient le même effet.

L’alimentation

J’ai passé des heures et des heures à faire des recherches sur le web avant qu’une naturopathe ne me conseille vraiment les aliments à privilégier pour atténuer les douleurs de mes règles. Elle m’a ainsi invitée à privilégier :

  • les aliments riches en magnésium et en oméga 3 (amandes, banane, noix…) car ils contribuent à soulager les crampes
  • les légumes verts et notamment les épinards, le concombre, la courgette mais aussi la laitue, parce qu’ils sont particulièrement riches en fer et en vitamine C
  • les aliments soufrés comme l’oignon, l’ail ou le chou
  • les légumineuses, comme les lentilles, les pois chiches ou le soja, elles aussi riches en fer et bien plus digestes que la viande rouge.

Parallèlement, elle m’a conseillé d’éviter les aliments riches en sucres raffinés ou en acides gras saturés. Je mange donc plutôt des fruits si j’ai un petit creux (même si les paquets de biscuits me tendent les bras) et je privilégie les huiles et les graisses végétales).

C’est finalement plutôt évident. Avec un bas-ventre au bord du déchirement, mieux vaut opter pour une alimentation un peu plus light, histoire d’épargner votre corps et de lui apporter repos et détente. On oublie donc les sucreries industrielles, les frites, la charcuterie ou le fromage et on préfère les aliments sains et qui se digèrent sans trop de remous. J’ai aussi tendance à davantage fractionner mes repas pour manger en plus petite quantité à chaque fois. Je dois dire que ce régime spécial pendant 4-5 jours m’aide plutôt bien !

L’homéopathie

Du côté des méthodes naturelles, j’ai également testé l’homéopathie. Pour apaiser les règles douloureuses, on m’avait conseillé plusieurs choses :

  • le Magnesia Phosphorica 15 CH
  • le Chamomilla 9 CH
  • l’Ignatia 9 CH

Attention, une prescription d’homéopathie se fait au cas par cas, en fonction des symptômes de chacune (intensité des douleurs, durée et couleur de l’écoulement sanguin…). Ce que j’ai testé ne correspond donc pas forcément à toutes les femmes. Si vous êtes tentée par cette méthode (qui fonctionne pas mal sur moi mais qui demande un peu de rigueur), je vous conseille donc d’en parler directement avec un homéopathe.

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles ont le vent en poupe depuis quelques années et on les trouve désormais très facilement en pharmacie ou en magasins bio. J’avais tendance à oublier mes granules d’homéopathie et malgré leur relative efficacité sur moi, j’ai vite laissé tomber.

Adepte des solutions naturelles, j’ai donc eu envie de tester l’aromathérapie (en plus de ma fidèle bouillotte !) et on m’a ainsi conseillé différentes huiles essentielles aux vertus antispasmodiques et relaxantes :

  • l’HE de basilic
  • l’HE d‘onagre 
  • ou encore l’HE d’estragon.

Je dois dire que c’est cette dernière que je trouve la plus efficace chez moi. J’en mélange trois gouttes avec une huile végétale d’arnica et je masse doucement et longuement mon bas-ventre ainsi que mes reins avec, généralement 3 fois par jour.

Attention, je précise que je n’ai aucun souci de santé et que les huiles essentielles sont totalement déconseillées notamment si vous allaitez, que vous êtes allergique, épileptique ou asthmatique.

À noter que la marque Puressentiel propose également une huile de massage pour le ventre à base 15 huiles essentielles, que vous pouvez utiliser à la fois pour les dysménorrhées et les maux de ventre de toute la famille. Je la testerai certainement !

Les gélules et ampoules à base de plantes

Si vous êtes adepte de phytothérapie mais que vous n’aimez pas les tisanes et que les huiles essentielles ne sont pas votre tasse de thé, vous pouvez aussi opter pour des gélules ou des ampoules afin de soulager vos règles douloureuses.

Il en existe de nombreuses variétés sur le marché comme l’achillée millefeuille en gélules ou encore le SPM 600 de chez Dergam.

Vous préférez la chaleur réconfortante des tisanes et souhaitez savoir quelles infusions prendre pour apaiser les douleurs de vos règles ? Découvrez ici les plantes les plus souvent recommandées.

L’ostéopathie

J’ai la chance d’être prise en charge par une super ostéopathe qui me suit depuis ma première grossesse et qui a manipulé chacun de mes 3 enfants lorsqu’ils étaient bébés. Les séances se multipliant, je n’ai donc pas hésité à lui faire part de mon problème de règles douloureuses.

Elle m’a alors expliqué que l’ostéopathie pouvait aider à soulager mes dysménorrhées, dès lors que je n’avais ni fibrome ni endométriose.

Comment ? En améliorant la mobilité de ma colonne lombaire, de mon bassin et de mon petit bassin, elle atténue les raideurs dans cette zone, améliorant notamment le fonctionnement des organes pelviens et digestifs. Je dois dire que ça me fait un bien fou à chaque fois et que ça a grandement contribuer à mon mieux-être.

Si vous connaissez un bon ostéopathe, je vous conseille donc vivement cette méthode, en plus des astuces précédentes.

Toutes les femmes ne réagissent pas de la même façon à toutes ces méthodes. Pour ma part, je parviens désormais à calmer les douleurs liées à mes règles en alternant ou en cumulant les unes et les autres. Je tenais toutefois à vous présenter d’autres solutions naturelles dont j’ai eu écho par des amies ou des articles lus ici ou là dans des ouvrages sur le sujet des dysménorrhées.

La réflexologie plantaire

Diminuer les douleurs pelviennes par les pieds, vous trouvez cela surprenant ? Il semblerait pourtant que cela puisse être efficace ! Grâce au massage d’une zone réflexe avant les règles et non pendant, le praticien agit en profondeur sur le système génital féminin.

Pas envie de vous faire masser les pieds ? Il semblerait que la technique chinoise de l’acupression puisse aussi être efficace contre les dysménorrhées (Source). À tester donc si vous connaissez un bon praticien !

L’acupuncture

Peu friande des petites aiguilles, je n’ai pas testé l’acupuncture pour diminuer mes spasmes, crampes et autres joyeusetés… Toutefois, on me l’a conseillé à de nombreuses reprises et j’ai lu de nombreux avis positifs au sujet de cette méthode.

Les séances sont assez nombreuses mais les résultats visiblement au rendez-vous. Elles peuvent être accompagnées d’exercices de relaxation et de consommation de tisanes à base de plantes chinoises.

L’objectif du traitement sera de rééquilibrer la circulation de l’énergie dans le corps.

L’hypnose

L’hypnothérapie semble être encore peu utilisée en cas de dysménorrhées et pourtant elle contribuerait à limiter les douleurs. A priori, une seule séance suffirait ! Toutefois, le praticien vous très probablement un avis médical certifiant que vous n’avez ni endométriose ou maladies des ovaires.

Vous pouvez d’ores-et-déjà tester différentes méthodes de relaxation chez vous avant de faire appel à un spécialiste des médecines alternatives.

Le yoga, la méditation ou la sophrologie sont en effet des alliés efficaces pour soulager les crises. Je vous invite à vous offrir des moments de détente réguliers pendant mais aussi en dehors de vos règles. Apprendre à respirer, à se décontracter demeure essentiel pour atténuer les crampes et spasmes. N’hésitez pas à visionner cette vidéo et bonne détente !

Les données collectées sur ce site sont le fruit de recherches personnelles et n’engagent pas la responsabilité de son auteur. Elles ne valent aucunement prescription médicale et ne sauraient se substituer aux conseils d’un professionnel de santé.

Sur le même thème :