L’histoire des euphémismes d’époque

Les règles sont tellement taboues que nous avons d’innombrables expressions pour cacher leur apparition, en veillant à ne jamais laisser le mot « menstruation » s’échapper de nos lèvres. Nous parlons en code ou évitons complètement de reconnaître les menstruations. Quels effets la façon dont nous communiquons sur les règles a-t-elle sur les menstruatrices et sur la stigmatisation des règles ?

Nous avons voulu savoir pourquoi nous utilisons des euphémismes, d’où ils viennent et comment ils perpétuent la stigmatisation et la honte liées aux menstruations.

Une liste d’euphémismes pour les règles

  • La semaine du requin
  • Période du mois
  • Tante Flo
  • Sur le chiffon
  • Marée cramoisie
  • Cycle lunaire
  • Le cadeau de Mère Nature
  • Code rouge
  • Grippe féminine
  • La malédiction
  • Le point
  • Le coton à l’assaut de l’Europe

En connaissez-vous d’autres ? Une enquête menée par Clue et la Coalition internationale pour la santé des femmes a permis de trouver 5 000 termes argotiques et euphémismes pour désigner les règles. Vous pouvez également consulter une liste exhaustive des euphémismes employés dans le monde entier sur le site du Musée de la menstruation et de la santé des femmes.

L’enquête a également révélé que, dans certains pays, les euphémismes sont la principale façon de communiquer sur les règles. Des pays comme la France et la Chine parlent des règles en utilisant 90 % d’argot. L’étude a trouvé des euphémismes dans 10 langues différentes.

L’utilisation d’euphémismes pour parler des règles est largement acceptée dans notre langue, en grande partie à cause de la stigmatisation et du sexisme liés aux menstruations.

Chez Flex (tenez-vous bien), nous prononçons le mot « règles » parce que nous voulons inculquer à notre communauté qu’il n’y a pas lieu de cacher les règles ou d’en avoir honte.

L’histoire (peu surprenante) des euphémismes sur les règles

La menstruation est une fonction biologique de base à laquelle la moitié de la population est confrontée, alors pourquoi les autres ont-ils été si réticents à l’appeler par son nom ?

Nous avons jeté un coup d’œil à travers les âges pour voir comment certains euphémismes pour les menstruations sont apparus et, bien sûr, les résultats sont prévisibles (c’est le moins que l’on puisse dire).

Dans un chapitre de Palgrave Handbook of Critical Menstruation Studies (Manuel Palgrave d’études critiques sur les menstruations)intitulé « Menstrual Taboos : Moving Beyond the Curse », l’auteur Alma Gottlieb fait remonter les euphémismes et les tabous à la Bible hébraïque (ou Ancien Testament).

Dans le Lévitique, une liste de règles décrit les activités interdites pendant les menstruations. En voici un extrait :

Lorsqu’une femme a son écoulement régulier de sang, l’impureté de ses règles mensuelles durera sept jours, et quiconque la touchera sera impur jusqu’au soir.

Tout ce sur quoi elle se couche pendant ses règles est impur, et tout ce sur quoi elle s’assied est impur.

Quiconque touche son lit doit laver ses vêtements et se baigner dans l’eau, et il sera impur jusqu’au soir.

Quiconque touche à ce sur quoi elle s’assied doit laver ses vêtements et se baigner dans l’eau, et il sera impur jusqu’au soir.

Lévitique 15:19-22

L’euphémisation du mot « malédiction » pourrait découler directement de ce texte. Dans une étude, Gottlieb a constaté que 50 % des personnes ayant leurs règles dans l’Oregon parlaient de leurs règles comme d’une « malédiction ».

A lire  8 idées de rendez-vous virtuels amusants et insolites | ABDR

Gottlieb note que « de nombreux commentateurs bibliques, tout au long de l’histoire, ont considéré les interdictions menstruelles lévitiques comme une punition divine pour la nature pécheresse de la femme qui, par les actions d’Ève, a provoqué la chute de l’humanité ». Les menstruations deviennent la « malédiction » divine des femmes ».

(ce qui, il faut le reconnaître, n’est agréable pour personne), la pratique de longue date consistant à appeler ou à considérer les menstruations comme une malédiction est beaucoup plus globale et désastreuse.

Comme nous le voyons dans les extraits bibliques ci-dessus, le mot « malédiction » ne s’étend pas seulement à la personne qui a ses règles, mais à toute personne susceptible de s’approcher du processus. Il n’est pas surprenant que la « malédiction » découle de l’idéologie patriarcale.

D’autres euphémismes, comme « mon temps », pourraient avoir intériorisé le tabou de la « malédiction » en offrant une distance entre le mot et le processus de menstruation. Les euphémismes servent de substituts pour créer un espace entre les règles et les personnes, ce qui crée l’étiquette d’avertissement « restez aussi loin du processus que cela est humainement possible ».

La distance créée par les euphémismes témoigne de la façon dont la « malédiction » s’est ancrée dans la société au fil des générations. Les euphémismes sont toujours des figures de style indirectes qui protègent ceux qui écoutent de la réalité qu’un mot donné évoque. Ils protègent la personne qui n’a pas de menstruations de la nécessité de s’approcher de l’expérience, même si les phrases elles-mêmes semblent innocentes à première vue.

Comment les attitudes culturelles créent des euphémismes

Comme nous l’avons appris avec « la malédiction », les attitudes culturelles ou religieuses à l’égard des règles préparent le terrain pour les euphémismes.

De nombreuses institutions religieuses et culturelles (au-delà du christianisme et du judaïsme) ont véhiculé des idées négatives ou craintives sur les menstruations : A Bali, par exemple, la caste influence les attitudes menstruelles. Comme le note Gottlieb dans son livre, les femmes menstruées doivent s’abstenir d’entrer dans les temples, de cuisiner, d’avoir des relations sexuelles et même de toucher les « objets des hommes ».

Dans un article de revue intitulé « The Vernacular of Menstruation », l’auteur Natalie F. Joffe examine la façon dont le choix des mots dans des cultures spécifiques indique les attitudes de ces cultures à l’égard des menstruations, la plupart du temps indépendamment de la religion.

En Allemagne, note-t-elle, les personnes qui ont leurs règles sont considérées comme impures : « Deux des termes vernaculaires les plus courants sont Schweinerei et Siiuereiqui soulignent tous deux l’aspect répugnant des porcs ». Elle affirme que des attitudes similaires existent dans les cultures polonaises et d’Europe de l’Est.

Il est intéressant de noter que Joffe constate que l’Amérique est le seul pays dont les euphémismes renvoient à notre culture matérialiste. Les euphémismes tels que « on the rag » ou « riding the cotton bicycle » sont spécifiques à l’utilisation des produits menstruels – et les euphémismes dérivés des produits sont propres à l’Amérique.

Des euphémismes américains tout aussi courants, employés à la fois par les personnes qui ont leurs règles et celles qui n’en ont pas, sont des variations « d’anthropomorphismes féminins, en particulier lorsqu’ils sont formulés comme des membres de la famille qui viennent rendre visite … Grand-mère est ici, Grand-mère est partie, Dieu merci, la petite sœur est ici, Tante Jane, ma cousine de campagne, J’attends la visite de ma Tante Susie, sont quelques-unes des phrases les plus typiques ».

A lire  Sur le fait d'être une travailleuse du sexe

Un peu désuet, peut-être ? L’article de Joffe a été publié en 1948. Mais il est frappant de constater que, si l’argot et le langage vernaculaire anglais ont énormément évolué au cours des 70 dernières années, nombre de nos euphémismes d’époque les plus populaires sont restés plus ou moins les mêmes. Des études plus récentes montrent que nous utilisons toujours « on the rag », des versions de « riding the cotton ». [blank]et « tante [blank] » de manière régulière.

Dans d’autres pays du monde, les euphémismes d’époque font souvent référence à la couleur (plutôt qu’aux personnes ou aux biens matériels) dans leurs insinuations. Les Suédois peuvent dire « Lingonveckan », ce qui signifie « semaine des airelles ». De même, de nombreux Allemands utilisent le terme « Erdbeerwoche », qui signifie « semaine des fraises ».

Enfin, certaines cultures ajoutent une touche historique à leurs euphémismes : Certains Français disent « Les Anglais ont débarqué ». De même, les Canadiens français utiliseraient l’expression « Les Allemands sont en ville », ce qui signifie « les Allemands sont en ville ».

Quel est le mal des euphémismes ?

La stigmatisation est ce qui perpétue les euphémismes. Comme indiqué dans un autre chapitre de Palgrave Handbook of Critical Menstruation Studies (Manuel Palgrave d’études critiques sur les menstruations)intitulé « The Menstrual Mark : Menstruation as Social Stigma », les auteurs Ingrid Johnston-Robledo et Joan C. Chrisler expliquent comment l’incapacité à communiquer sur les menstruations conduit souvent à ne pas divulguer d’informations sur la santé reproductive, sexuelle et physique. Cette situation a des conséquences dangereuses.

Cette incapacité à communiquer efficacement est également évoquée dans le chapitre du livre consacré à Gottlieb. Elle cite une étude réalisée en Suède, où seulement 38 % des femmes souffrant de saignements menstruels excessifs ont signalé leur état à leur médecin.

Une autre étude de Plan International UK, réalisée en 2018, a révélé que « près de 80% des adolescentes ont ressenti des symptômes menstruels inquiétants (tels que des saignements anormalement abondants ou irréguliers) mais n’ont pas consulté un professionnel de la santé ; 27% d’entre elles ont déclaré qu’elles étaient trop gênées pour aborder le sujet. »

L’utilisation d’un langage adéquat et approprié pour décrire les menstruations est une étape essentielle dans le processus de résolution de ces problèmes. Une communication ouverte sur les menstruations permet d’impliquer dans la conversation des personnes dont nous pourrions habituellement nous protéger. En parlant des règles de la même manière que nous parlerions de notre routine de soins de la peau ou de nos préférences alimentaires, nous pouvons commencer à briser l’embarras, la honte ou la gêne qui sont enracinés chez beaucoup d’entre nous depuis l’enfance.

D’un autre côté, continuer à utiliser des euphémismes pour cacher ce que nous vivons réellement – et ne pas inclure les personnes qui ne saignent pas dans la conversation (c’est-à-dire les hommes cis) – perpétue la stigmatisation et contribue au manque de financement, d’éducation et de ressources équitables distribuées aux personnes ayant des règles.

Le silence est une violence

« Les mots racontent une histoire. Il en va de même pour les efforts visant à éviter les mots. L’acte discursif consistant à substituer des euphémismes à certains mots nous amène directement sur le territoire du tabou », explique M. Gottlieb.

Nous pouvons définir la stigmatisation comme une attitude négative fondée sur une caractéristique ; dans ce cas, la caractéristique est la menstruation.

A lire  Antadys : LE médicament contre les règles douloureuses ?

On apprend aux femmes menstruées à ne pas parler de leurs règles, et si ce n’est pas du silence, c’est du code. Le silence exacerbe la stigmatisation. Les femmes qui ont leurs règles peuvent intérioriser le message du silence comme une gêne, une gêne ou une dissimulation de leurs règles, ce qui les conduit à ne pas communiquer, à avoir une mauvaise image de leur corps ou à se haïr elles-mêmes.

La stigmatisation des menstruations contribue également à la perception d’un statut social inférieur. Une étude réalisée en 2007 auprès d’étudiants mexicains et américains sur les attitudes à l’égard des menstruations a révélé que les participants des deux pays utilisaient le plus souvent les mots « lunatique » et « irritable » pour décrire les femmes ayant leurs règles, alors que les femmes enceintes étaient associées au mot « heureuse ».

Les auteurs de l’étude concluent comme suit :

« Les résultats indiquent que la seule façon pour les femmes d’être perçues de manière positive (ou, du moins, non négative) est d’être enceinte ou (surtout au Mexique) d’être une nouvelle mère. Avoir ses règles (ou être sur le point d’en avoir) n’est pas une grossesse. Être ménopausée ou avoir subi une hystérectomie signifie qu’une femme ne peut pas tomber enceinte. Elle n’est donc plus d’aucune utilité ».

Dernières réflexions : Défaire les tabous

Gottlieb déclare que l’antidote au tabou est de dire ce que l’on veut dire. « Le fait de prononcer des phrases normalement évitées viole le tabou »

Bien que les tabous soient généralement enracinés depuis des siècles, la bonne nouvelle, souligne Gottlieb, c’est qu' »une fois remis en question de manière systématique, les tabous peuvent s’éroder étonnamment rapidement ».

La reconnaissance de la menstruation rejette le tabou. Chez Flex, nous n’avons pas peur d’utiliser les mots « menstruation », « règles » ou « fluide menstruel », car c’est exactement de cela que nous voulons parler.

Il est fort probable que nous ayons toutes utilisé des euphémismes pour parler de nos règles à un moment ou à un autre. Parfois, nous parlons en code parce que nous ne nous sentons pas en sécurité lorsque nous évoquons nos menstruations. Souvent, cependant, nous utilisons des euphémismes par habitude.

Si vous avez eu recours à des euphémismes dans le passé lorsque vous avez mentionné vos règles à des amis, à votre famille, à des professionnels de la santé, à des collègues ou à toute autre personne, prenez le temps de réfléchir au poids qu’ils représentent pour l’avenir. Les règles n’ont rien de honteux, de sale ou de contre nature. En fait, aucune d’entre nous ne serait là sans elles.

La prochaine fois que l’occasion se présentera, nous vous mettons au défi de dire à haute voix « J’AI MES RÈGLES » pour que tout le monde l’entende. C’est très libérateur. Tu veux découvrir d’autres moyens de lutter contre la stigmatisation des règles et de te joindre à la lutte pour l’équité menstruelle ? Consultez ces ressources :

© 2021 AuBonheurdesrègles Tous droits réservés.