Migraine et règles : comment soulager vos maux de tête

Quand on parle de règles douloureuses, on pense souvent au mal de ventre ou de dos. Pourtant, de nombreuses femmes souffrent également de maux de tête intenses avant ou pendant leurs périodes de menstruation. On parlera alors de migraine menstruelle, hormonale ou « cataméniale ». Pourquoi avez-vous si mal à la tête ? Comment faire pour soulager vos douleurs. Retrouvez ici les infos essentielles pour mieux vivre cette période.

La migraine hormonale : c’est quoi exactement ?

Maux de tête et hormones féminines sont intimement liées et plus d’une femme sur 10 serait concernée. Particulièrement incommodantes et douloureuses, ces crises de migraines dites « cataméniales » surviennent avant et pendant les règles.Elles sont hormonodépendantes. Les femmes concernées commencent ainsi à ressentir d’importantes douleurs 2 jours avant leurs menstrues et jusqu’à 3 jours après.

Les migraineuses régulières seraient particulièrement exposées et les règles agiraient comme un facteur déclencheur.La gêne et la douleur sont alors bien souvent plus intenses qu’en dehors des règles.

Au contraire, quand les douleurs surviennent exclusivement en période pré-menstruelle et menstruelle, on parle de migraine cataméniale « pure ».

« La migraine cataméniale « pure », comportant exclusivement des crises menstruelles, est rare (7 % des migraineuses). En revanche, une migraineuse sur trois a des crises menstruelles associées à d’autres crises pendant le cycle. »

Migraine – INSERM

Les femmes touchées par ces céphalées intenses ont alors des difficultés à mener une vie normale, tant au sein de leur foyer que sur leur lieu de travail. En effet, ces migraines survenant pendant les règles peuvent s’accompagner d’autres symptômes :

  • douleurs au bas-ventre, en haut des cuisses et / ou dans le dos
  • sensations de nausées qui s’accompagnent parfois de vomissements et / ou de diarrhées
  • photophobie (sensibilité à la lumière) et / ou phonophobie (sensibilité au bruit)

Il est ici important de ne pas confondre céphalées de tension et migraines, chacune ayant des traitements spécifiques..

Pourquoi avez-vous mal à la tête pendant vos règles ?

Ces maux de tête plus ou moins intenses seraient dus à la chute du taux d’œstradiol au moment des règles. Ainsi cette hormone féminine atteindrait généralement son niveau le plus bas le premier jour des menstruations.

Les femmes sous pilule combinée (c’est-à-dire contenant à la fois un œstrogène et un progestatif) seraient également plus souvent touchées lorsqu’elles interrompent la prise de pilule entre deux cycles. La chute du taux d’hormones serait là aussi en cause.

À noter enfin qu’un facteur génétique pourrait intervenir dans la survenue de ces migraines.

Règles douloureuses et migraines : comment avoir moins mal ?

Différents traitements existent pour tenter de soulager vos maux de tête. Ils devront être adaptés à votre cas particulier et seul un médecin pourra vous prescrire celui qu’il vous faut. L’auto-médication ne sera jamais aussi efficace que les recommandations personnalisées d’un professionnel de santé. De plus, un excès de médicaments ou un traitement inadapté peuvent aggraver vos douleurs.

L’efficacité des médicaments sera également fonction de la nature et de l’intensité de vos maux de tête. Alors qu’un traitement anti-douleurs classique parvient généralement à calmer une céphalée de tension; ce ne sera en effet pas toujours le cas pour les migraines cataméniales.

Parmi les préconisations des médecins, on peut citer :

  • les antalgiques, comme le paracétamol
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène ou le naproxène
  • les anti-migraineux ou triptans en cas de crise plus intense. Ces traitements stimulent certains récepteurs de la sérotonine, agissant ainsi sur la dilatation des vaisseaux. Il en existe plusieurs formes : injection, comprimé, spray…
  • les antiémétiques si vous souffrez de nausées ou vomissements
  • les traitements hormonaux dits « prophylactiques » pour réguler le taux d’œstradiol, dont la chute peut être mis en cause dans les migraines. Ils se présentent souvent sous forme de patch ou de gel, à utilisation préventive juste avant et pendant les règles. Dans ce cas, il vous faudra bien connaître votre cycle.
  • la pilule : lorsque les migraines surviennent lors de la semaine d’interruption de la pilule combinée (ou mini-dosée), votre médecin pourra vous conseiller une contraception orale en continu ou une pilule micro-dosée (progestatve).

« Un traitement prophylactique débuté deux ou trois jours avant l’apparition supposée de la crise peut être utile. Il repose le plus souvent sur la prise d’un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) ou l’administration d’œstradiol par voie topique. En cas d’échec de ces traitements, une prophylaxie hormonale continue destinée à inhiber l’ovulation (contraceptifs oraux combinés en prise continue, implants de progestérone…) peut être efficace. »

Migraine – INSERM

Les traitements naturels, s’ils ne remplacent pas les médicaments, peuvent toutefois contribuer à l’apaisement et la prévention des douleurs : magnésium, phytothérapie ou encore relaxation pourront alors constituer des méthodes préventives efficaces.

Faites également le point sur votre rythme et votre hygiène de vie. Une mauvaise alimentation, un manque de sommeil ou encore le stress et le surmenage comptent parmi les facteurs de déclenchement des migraines.

Les données collectées sur ce site sont le fruit de recherches personnelles et n’engagent pas la responsabilité de son auteur. Elles ne valent aucunement prescription médicale et ne sauraient se substituer aux conseils d’un professionnel de santé.

Sur le même thème :