5 façons de lutter contre la stigmatisation des règles dans la vie de tous les jours | ABDR

Conseil : en parler ouvertement

En grandissant, j’ai été fascinée par les règles. Tout comme Margaret de Êtes-vous là, Dieu ? C’est moi Margaret J’étais impatiente d’avoir le mien et de voir ce qui se passait dans le célèbre livre de Judy Blume.

En dehors de ce livre et d’un « cours de puberté » d’une heure à l’école, je n’ai pas beaucoup entendu parler des menstruations. Lorsque j’ai eu mes premières règles à l’âge de treize ans, j’étais impatiente d’en parler. Mais je me sentais nerveuse à l’idée d’aborder le sujet avec mes camarades qui avaient leurs règles.

J’avais intériorisé l’idée que les règles étaient honteuses.

Malheureusement, mon expérience n’est pas unique. Alana Munro, candidate au doctorat en Australie, a fait de l’élimination de la stigmatisation liée aux règles l’œuvre de sa vie. Selon ses recherches, 49 % des filles au Royaume-Uni ont manqué un jour d’école à cause de leurs règles. En raison de la stigmatisation, elles ont inventé une excuse qui n’était pas liée à leurs règles.

10 % des filles d’Afrique subsaharienne manquent jusqu’à 20 % de l’école à cause de leurs règles ; 23 % des filles indiennes abandonnent l’école lorsqu’elles atteignent la puberté ou manquent 10 à 20 % de l’année scolaire à cause de leurs règles.

La stigmatisation des règles est si répandue qu’elle compromet l’éducation des personnes menstruées dans le monde entier.

Avec plus de vingt ans de menstruations derrière moi, je suis ici pour déclarer que les règles ne sont pas honteuses. Elles sont naturelles, normales et biologiquement nécessaires. Sachant qu’environ la moitié de la population aura ses règles à un moment ou à un autre, il est contrariant que la société semble nous demander de faire comme si elles n’existaient pas.

Si la société avait son mot à dire, nous ne parlerions pas de nos cycles menstruels, malgré le fait que (pour beaucoup d’entre nous) nos règles régissent nos humeurs, nos douleurs et, en fait, nos vies.

Alors, comment pouvez-vous contribuer à éliminer la stigmatisation des règles ? Voici cinq façons de lutter contre la stigmatisation des règles dans votre vie quotidienne :

1. Parler de ses règles

Oui, vous pouvez dire que vous avez des crampes ou le syndrome prémenstruel. Le contexte compte, bien sûr, et il n’est probablement pas approprié d’annoncer que vous saignez au milieu d’une conférence téléphonique (à moins que vous ne travailliez pour ABDR®!). Mais il est tout à fait approprié de dire à un ami – oui, même à un ami qui n’a pas ses règles – que vous avez vos règles lorsqu’il vous demande de lui parler de votre journée.

A lire  Qu'est-ce qu'un utérus rétroversé ? | L'utérus rétroversé

Personnellement, ma douleur chronique est à son maximum la semaine précédant mes règles. Mon humeur, mes symptômes, mon poids sont influencés par la période de mon cycle. Ne pas le reconnaître reviendrait à ne pas reconnaître la réalité.

Si vous cherchez un feu vert, je vous autorise à dire que vous avez vos règles, tout comme vous diriez que vous avez un rhume, une entorse à la cheville ou que vous n’avez pas assez dormi la nuit dernière.

2. Ne cachez pas vos produits menstruels

J’ai toujours détesté la façon dont certaines publicités pour les produits menstruels insistent sur le fait que leurs produits sont petits et faciles à cacher. Jetez un coup d’œil à cet excellent article de The Atlantic sur l’obsession de la publicité pour les tampons à être « discrets ».

Je ne crois pas que les serviettes hygiéniques et les tampons soient intrinsèquement honteux, et je ne veux donc pas que tu te sentes obligée de les dissimuler. Non, vous n’avez pas besoin d’un compartiment secret pour cacher vos tampons, serviettes ou coupes/disques menstruels. Tu peux les ranger à l’endroit qui te convient le mieux.

Je garde mes tampons sur une étagère juste au-dessus des toilettes, parce que c’est pratique (et pour que les visiteurs puissent en attraper un si nécessaire !)

Si vous craignez qu’il soit provocateur ou qu’il attire l’attention de porter une serviette ou un tampon dans votre main en allant aux toilettes, demandez-vous si vous seriez gênée que les gens vous voient tenir un pansement. Il s’agit de deux produits médicaux conçus pour absorber le sang !

A lire  Combien de temps peut-on porter une ceinture menstruelle ?

Le sang menstruel n’est pas intrinsèquement sale simplement parce qu’il sort du vagin. N’hésitez pas à dire « me demanderiez-vous de cacher mes pansements ? » si quelqu’un réagit avec dégoût.

3. Demandez à des amis ou à des membres de votre famille ménopausés de vous parler de leur expérience.

Ma mère entrait en ménopause lorsque j’ai commencé à avoir mes règles, nous n’avons donc pas beaucoup échangé sur nos expériences. Je regrette de ne pas lui en avoir parlé davantage, car elle était la seule autre femme dans la maison de mon enfance. Maintenant que je suis adulte, je lui en parle librement et j’aime entendre parler de ses expériences.

J’ai la chance d’avoir un large éventail de générations dans mes amitiés ; mes amis les plus proches vont de la mi-vingtaine à la fin de la soixantaine. Une de mes amies, âgée d’une soixantaine d’années, a subi une hystérectomie (ablation de l’utérus).

Elle décrit comment, lorsqu’elle se promène dans l’allée des produits d’hygiène périodique, elle ne se souvient guère de ce à quoi ces produits servaient. Elle m’en a parlé ouvertement devant son mari, qui a souri et écouté attentivement.

Ils sont la preuve vivante qu’il est possible d’être à l’aise avec le sujet des règles, même si vous n’avez jamais eu de règles.

4. Exprimez-vous lorsque vous entendez des propos anti-règles

Ma nouvelle technique préférée pour dénoncer les blagues offensantes est de faire l’imbécile et de dire « je ne comprends pas ». Un ami m’a dit un jour qu’il n’était pas à l’aise avec les règles parce qu’il vivait selon ce dicton misogyne tiré de la série South Park de Comedy Central : « Ne fais pas confiance à ce qui saigne pendant cinq jours et vit. »

J’ai été horrifiée. Je me suis emportée contre lui, soulignant que ses paroles étaient misogynes et cruelles. Il a été surpris et m’a avoué qu’il n’avait jamais pensé à cela de cette manière. Cela a donné lieu à une longue conversation sur la stigmatisation des règles et sur les raisons pour lesquelles cela le mettait si mal à l’aise.

A lire  Premières règles après l'accouchement : Ce à quoi il faut s'attendre | ABDR

Des années plus tard, son partenaire m’a raconté l’impact que cette conversation avait eu sur lui. Il s’est senti beaucoup plus à l’aise pour parler de ses règles et a même fait référence à notre conversation lorsque les règles ont été évoquées. Il n’a pas été facile de me défendre, mais il n’est pas plus facile de rester silencieux et de pleurer.

5. Montrez l’exemple aux enfants de votre entourage

Mes crampes sont si douloureuses que j’ai une ordonnance de Tramadol pour les pires jours. Lorsque j’en ai pris une devant ma nièce de quatre ans, elle m’a demandé ce que c’était et j’ai répondu : « Parfois, j’ai mal et je prends cette pilule et je me sens mieux. »

Lorsque j’en ai parlé à ma belle-sœur, elle m’a informé qu’elle parlait ouvertement de ses règles à sa jeune fille. Elle m’a dit que la prochaine fois, je pourrais dire que c’était parce que j’avais des crampes, puisqu’elle savait ce que c’était. J’ai été stupéfaite, car je ne me souviens pas d’avoir entendu ma mère parler de mes règles jusqu’à ce que j’atteigne l’âge de la puberté.

Cela m’a donné de l’espoir pour la prochaine génération de menstruateurs, qu’ils puissent grandir sans être stigmatisés. Si vous avez des enfants (ou des neveux et nièces), je vous encourage à répondre honnêtement à leurs questions.

Je suis gênée d’avoir ressenti le besoin de cacher que c’était la menstruation qui causait ma douleur, surtout lorsque la question m’a été posée par une fille qui aura un jour ses propres règles. C’est un exemple qui montre à quel point notre culture anti-période est ancrée en moi. La prochaine fois qu’un enfant me demandera pourquoi j’ai mal, je répondrai honnêtement.