Migraines hormonales et maux de tête liés aux règles | ABDR

LE SYNDROME PRÉMENSTRUEL. Trois petites lettres, une montagne de désagréments, d’inconvénients et, pour certaines d’entre nous, un sérieux affaiblissement pendant la période précédant les règles. SPM = syndrome prémenstruel, bien qu’aujourd’hui le terme soit souvent utilisé pour décrire une partie plus large du cycle menstruel, des jours précédant le début des règles jusqu’au jour ou aux deux jours suivant la fin des règles.

Le syndrome prémenstruel n’est pas seulement une succession de hauts et de bas émotionnels comme la culture populaire voudrait nous le faire croire. Il s’agit en fait d’un syndrome cliniquement défini.

Le Collège américain des obstétriciens et gynécologues (ACOG) définit le syndrome prémenstruel comme suit ayant au moins un affectif symptôme et un somatique symptôme au cours des cinq jours précédant le début des règlesmais seulement si ces symptômes sont constants pendant au moins deux cycles menstruels consécutifs. C’est un peu long à dire, alors décomposons.

Les symptômes affectifs sont ceux qui affectent la façon dont vous percevez le monde et y réagissez, comme votre humeur, votre niveau d’anxiété ou votre retrait social des activités que vous aimeriez habituellement pratiquer. Les symptômes somatiques sont ceux qui sont ressentis par votre corps et peuvent inclure des choses habituelles comme des douleurs musculaires (en particulier dans la région pelvienne ou le bas-ventre), des seins sensibles, des gonflements et une légère prise de poids, ainsi que des choses comme des maux d’estomac et des maux de tête menstruels.

Attendez. Ce dernier symptôme ne fait pas partie de la liste des suspects habituels lorsque l’on parle du syndrome prémenstruel, mais il s’agit d’un phénomène bien réel, dont on ne parle pas aussi souvent qu’il le devrait.

Menstruel les maux de tête sont l’un des symptômes du syndrome prémenstruelet s’inscrivent dans la catégorie plus large des migraines hormonales. Les migraines (hormonales ou non) sont en fait l’un des troubles neurologiques les plus courants dans le monde, et elles touchent les femmes dans une proportion de 3:1 par rapport aux hommes.

Si vous avez toujours eu des maux de tête brutaux pendant vos règles (ou autour) et que vous vous demandez pourquoi, vous êtes au bon endroit : Nous avons couvert tout ce que vous devez savoir sur les migraines hormonales ci-dessous, y compris la cause biologique, les signes et symptômes qui l’accompagnent, et quelques moyens non conventionnels d’éliminer les maux de tête.

Décomposer le lien entre les maux de tête et les hormones

Globalement, le mécanisme d’apparition des maux de tête est multifactoriel (c’est-à-dire qu’un grand nombre de processus différents sont en jeu). En général, il implique la dilatation ou l’élargissement des vaisseaux sanguins dans le cerveau, ainsi que la libération de neurotransmetteurs et du nerf trijumeau qui, ensemble, produisent la sensation de douleur.

Il est intéressant de noter que les hommes et les femmes biologiques présentent des taux similaires de maux de tête jusqu’à la puberté, moment où le nombre de personnes souffrant de maux de tête augmente. AFAB Le nombre de personnes souffrant de maux de tête est en forte augmentation. Qu’est-ce qui pourrait expliquer ce changement ? Certaines théories suggèrent que les hormones sont en jeu.

L’œstrogène, ou le manque d’œstrogène, serait le principal coupable. La raison de ce phénomène n’est pas encore bien comprise, mais elle pourrait être liée aux facteurs suivants la façon dont les œstrogènes affectent l’expression des gènes, provoquant des changements dans l’inflammation locale et la libération de prostaglandines.

Quelles sont les causes des migraines hormonales ?

Vous vous demandez peut-être encore « mais pourquoi ai-je des migraines pendant mes règles ? ». Si c’est votre cas, voici ce que la recherche nous apprend sur le lien entre les hormones sexuelles et les maux de tête menstruels : Plusieurs études ont montré que les migraines menstruelles sont souvent déclenchées par la chute des œstrogènes qui précède la phase lutéale, c’est-à-dire la phase qui suit l’ovulation et précède les règles.

Mais ce n’est pas si simple. À des niveaux physiologiques, ou non médicaux, « naturels », les œstrogènes peuvent prévenir les voies menant aux migraines… mais à des niveaux de dose médicale, ils peuvent en fait stimuler les voies qui produisent les maux de tête douloureux. En fait, l’œstrogène est dépendent de la dose, ce qui signifie que la quantité d’œstrogènes libérés peut modifier considérablement la façon dont votre corps réagit (et s’il produit ou non un mal de tête ou une migraine).

A lire  Le guide ABDR de l'endométriose | ABDR

Au cas où cette explication ne serait pas déjà assez compliquée : L’œstrogène n’est pas la seule hormone en jeu dans les migraines menstruelles. La sérotonine est également impliquée.

La sérotonine est un neurotransmetteur qui intervient dans une multitude de processus de l’organisme, affectant des caractéristiques allant de l’humeur à la mémoire. Les migraines sont également associées à un état de faible sérotonine.. Un autre point intéressant ? Une école de recherche pense que les hormones stéroïdes ovariennes sont potentiellement impliquées dans la synthèse de la sérotonine, c’est-à-dire dans la façon dont la sérotonine est « fabriquée » dans l’organisme, ce qui donne à cette conversation une toute nouvelle dimension. Inception-.

En bref, nous ne savons pas encore exactement ce qui cause les migraines hormonales chez les personnes ayant un utérus, mais les scientifiques et les chercheurs sont à peu près certains que cela a un rapport avec les fluctuations des niveaux d’œstrogènes ainsi que la quantité de sérotonine présente dans votre système.

Quelle est la différence entre un mal de tête hormonal et une migraine hormonale ?

Ah, la sempiternelle question : Qu’est-ce qui est vraiment est la différence entre un mal de tête et une migraine ?

Les migraines sont fondamentalement des maux de tête, « édition premium ». Elles ne se limitent pas à la douleur lancinante typique du crâne, mais s’accompagnent également de symptômes tels que nausées, vomissements, sensibilité à la lumière ou au son, ou aura (perturbations visuelles ou auditives).

Les migraines sont épisodiques. Il existe des déclencheurs prédéfinis qui conduisent à une phase pré-migraineuse inconfortable, puis à la crise migraineuse elle-même, et enfin à la récupération post-migraineuse. La migraine s’accompagne parfois d’auras. Il peut s’agir de « voir des étoiles » ou des lumières clignotantes, de constater des angles morts dans la vision ou de ressentir des engourdissements ou des picotements sensoriels.

En termes de localisation, les migraines ont tendance à être localisées d’un côté de la tête, alors qu’un mal de tête classique peut donner l’impression de s’étendre sur tout le front et le cuir chevelu et d’être réparti de manière égale des deux côtés de la tête.

Par définition, les migraines surviennent plus d’une fois et il existe au moins un facteur déclenchant identifiable. En d’autres termes, elles sont récurrentes et peuvent être attribuées à un certain événement déclencheur (comme le fait d’atteindre une certaine phase du cycle menstruel).

Vous pouvez souffrir à la fois de maux de tête hormonaux et les migraines hormonales : Toutes deux sont causées par une fluctuation ou un changement des niveaux hormonaux, mais la dernière n’implique que les symptômes supplémentaires mentionnés ci-dessus.

Migraines hormonales et maux de tête : Signes et symptômes

La plupart d’entre nous ont déjà souffert d’un mal de tête banal, c’est-à-dire d’une douleur sourde qui survient apparemment sans raison. Ou bien vous avez souvent mal à la tête, mais vous savez exactement pourquoi, que ce soit par manque de sommeil, parce que vous avez regardé votre écran d’ordinateur pendant quelques heures de trop, parce que vous avez la gueule de bois ou parce que vous n’avez pas bu assez d’eau. Voici donc un rappel quotidien pour vous inciter à remplir votre verre et à vous désaltérer !

Mais pour les maux de tête récurrents, il peut être très difficile de faire la différence entre une migraine (ou un mal de tête) hormonale et un mal de tête classique.

Les signes et les symptômes des maux de tête hormonaux et des maux de tête non hormonaux sont assez similaires, avec comme point commun une douleur ressentie au niveau du front, des tempes ou d’autres parties de la tête. Cette douleur est généralement sourde et lancinante, mais elle peut aussi se manifester par une sensation plus aiguë, comme un coup de poignard.

La meilleure façon de savoir si vous souffrez d’un mal de tête hormonal ou d’une migraine consiste à en faisant attention au moment de la migraine: Êtes-vous dans la phase lutéale de votre cycle ? Vous approchez de la péri-ménopause ? Avez-vous récemment accouché ? Qu’en est-il des changements de médication, comme l’arrêt ou le démarrage d’une pilule contraceptive hormonale ?

Les céphalées hormonales sont diagnostiquées sur la base de leur étiologie hormonale présumée. Cela peut signifier

  • La phase du cycle menstruel, par exemple, de nombreuses personnes souffrant de maux de tête hormonaux les ressentent peu après la chute des niveaux d’œstrogènes qui a lieu pendant la phase lutéale.
  • La relation avec des facteurs externes, tels que des médicaments ou des conditions médicales (certains sont connus comme les nitrates, parfois prescrits pour des problèmes cardiaques, et les contraceptifs oraux, c’est-à-dire les pilules contraceptives hormonales).
  • Stade de vie par rapport à la ménopause (par exemple : traitement hormonal substitutif parfois utilisé pendant la péri-ménopause, la ménopause).

Où se situent les céphalées hormonales ?

La localisation est un autre moyen de différencier les maux de tête les uns des autres. Cependant, il faut garder à l’esprit que cette correspondance n’est pas toujours parfaite : Gardez à l’esprit qu’il ne s’agit pas toujours d’une adéquation parfaite, et que les migraines hormonales ou les maux de tête ne se manifestent pas de la même façon chez tout le monde.

A lire  Qu'est-ce qu'un utérus rétroversé ? | L'utérus rétroversé

Céphalées de tension : En général, les céphalées de tension se situent sur le front et le sommet de la tête, des deux côtés, et sont décrites comme une céphalée de pression légère à modérée. Ce sont les types de maux de tête les plus courants.

Maux de tête sinusaux : Les maux de tête liés aux sinus sont souvent le signe d’une sinusite, c’est-à-dire d’une inflammation des sinus liée à une infection en cours. Ces maux de tête sont liés aux sinus, qui sont de petits réservoirs d’air situés derrière les yeux, le nez et la bouche. Lorsque vous êtes malade, ils peuvent se remplir de liquide, de pus ou d’autres sécrétions, ce qui entraîne des maux de tête dus à la pression dans cette zone. Les maux de tête liés aux sinus s’accompagnent souvent d’autres signes d’infection, tels qu’un écoulement nasal, des éternuements ou une toux, et une irritation des yeux.

Céphalées en grappe : Contrairement aux autres types de maux de tête, les céphalées en grappe sont généralement des maux de tête sévères et unilatéraux qui doivent s’accompagner d’au moins l’un des symptômes supplémentaires suivants :

  • Irritation des yeux, y compris larmoiement, gonflement des paupières ou modification de la pupille.
  • Congestion nasale
  • Agitation générale, malaise

Maux de tête d’origine hormonale : Les céphalées hormonales peuvent avoir n’importe quelle répartition, mais la plus courante est celle de type tensionnel, c’est-à-dire des deux côtés, sur le dessus ou l’avant de la tête. Les céphalées hormonales sont davantage liées à la cause du mal de tête (un changement hormonal) qu’à sa localisation.

Migraines hormonales : Contrairement aux céphalées hormonales, les migraines hormonales (et les migraines de tout type) sont souvent localisées d’un côté de la tête et la douleur revient systématiquement dans cette zone. Chez certaines personnes, la douleur commence à la tempe et s’étend sur tout le côté du visage.

Comment soigner les migraines hormonales

La question de l’heure : « J’ai des migraines hormonales littéralement juste avant d’avoir mes règles, ou pendant mes règles. Que dois-je faire ? »

Voici quelques conseils pour faire disparaître vos maux de tête liés aux règles :

Les AINS, ça veut dire quoi ? Les AINS, ou anti-inflammatoires non stéroïdiens, sont en fait l’un des médicaments les plus efficaces contre les maux de tête. AINS = médicaments en vente libre comme Advil, Motrin et Aleve. Noms génériques = ibuprofène et naproxène.

Des études ont montré que ces médicaments sont très efficaces pour réduire les symptômes des maux de tête, même à des doses faibles ou modérées. Pour connaître les dosages spécifiques recommandés, lisez le dos de l’étiquette ou contactez votre fournisseur de soins de santé.

Remarque : le Tylenol (acétaminophène) n’est PAS un AINS ! Il n’agit pas de la même manière que l’Advil ou l’Aleve et n’est généralement pas aussi efficace pour traiter les maux de tête ou les migraines. Toutefois, il peut apporter un léger soulagement à certaines personnes, en particulier si elles ne tolèrent pas l’ibuprofène ou le naproxène ou si elles ont des antécédents d’ulcères d’estomac.

L’hydratation est essentielle. La déshydratation est l’un des facteurs déclenchants les plus courants des maux de tête – et si vous êtes déjà sujette aux maux de tête hormonaux, la déshydratation ne fera que les aggraver. Pour éviter cela, veillez à boire la quantité d’eau nécessaire (environ 3 litres par jour pour la plupart des femmes, selon la clinique Mayo).

Un conseil de pro ? Ajoutez un citron à votre boisson pour lui donner un air de fantaisie et vous inciter à boire davantage. Les citrons ont également des propriétés anti-inflammatoires, ce qui peut vous aider à vous sentir mieux de l’intérieur.

Merci Starbux ! Fait amusant pour tous les amateurs de caféine : Il est prouvé qu’à faible dose, la caféine peut en fait aider à soulager les symptômes des maux de tête ! Cela fonctionne par le biais du mécanisme de vasoconstriction dont nous avons parlé plus haut.

Les maux de tête sont dus à une vasodilatation globale, c’est-à-dire à un élargissement des vaisseaux sanguins dans le cerveau et à la sécrétion de substances qui induisent la douleur. La caféine s’oppose à ce phénomène en vasoconstricteur ces vaisseaux sanguins. Allez-y donc avec votre tasse de Joe ou toute autre source de caféine de votre choix (comme le thé vert, le thé noir, l’oolong ou le chocolat noir). Veillez simplement à boire une tasse de H2O pour chaque tasse de caféine, car la caféine est connue pour être déshydratante.

Faites de l’exercice, mais avec prudence. La question de l’exercice et de ses effets sur les maux de tête n’est pas encore tranchée. Il semble qu’il s’agisse en grande partie d’un phénomène propre à chaque personne. Pour certaines personnes, la course à pied quotidienne de 5 mètres permet d’éviter les symptômes du syndrome prémenstruel, y compris les maux de tête ; pour d’autres, tous ces battements ne font qu’augmenter les maux de tête.

Dans ce cas, essayez de vous en tenir à des exercices à faible impact pour réduire les symptômes des maux de tête. Il peut s’agir par exemple de yoga, de natation, d’une courte promenade ou d’étirements légers.

A lire  10 célébrités s'expriment sur l'endométriose | ABDR

Respirez des parfums apaisants. La création d’un environnement agréable pour les sens est essentielle pour prévenir les maux de tête et vous aider à les surmonter une fois qu’ils sont là. Essayez de baisser l’éclairage, de réduire l’exposition aux bruits importants et d’investir dans un diffuseur pour l’aromathérapie à domicile.

Les huiles essentielles sont utilisées depuis des générations et, bien qu’elles ne fassent pas l’objet d’autant de recherches qu’elles devraient l’être, des preuves anecdotiques ont montré que la lavande, la menthe poivrée, le romarin et l’eucalyptus sont particulièrement efficaces contre les maux de tête. Toutefois, n’oubliez pas que chaque personne réagit différemment à certains parfums : Commencez doucement, surtout si vos maux de tête ou vos migraines ont des composantes sensorielles. Testez différents parfums pour voir ce qui vous convient le mieux et contentez-vous de 1 à 2 gouttes au début.

Mettez de la glace. De nombreuses personnes souffrant de migraines chroniques se tournent vers une poche de glace ou un gant de toilette froid lorsque la douleur lancinante devient particulièrement intense. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un remède immédiat, la thérapie par le froid peut faciliter le passage d’un mal de tête. Essayez de vous allonger avec un gant de toilette humide sur le front et une poche de glace par-dessus pendant 15 à 20 minutes d’affilée.

Prenez vos lunettes de soleil. Si vous avez tendance à avoir des maux de tête de façon aléatoire, préparez-vous en gardant toujours sur vous une paire de lunettes de soleil (ainsi que de l’eau et un flacon de l’AINS de votre choix). Les maux de tête ont tendance à s’aggraver lorsque les yeux sont exposés à une lumière vive, c’est pourquoi les protéger derrière vos lunettes de soleil est le meilleur moyen d’y faire face lorsque vous êtes à l’extérieur.

Quand consulter un médecin ?

Bien que la plupart des maux de tête soient banals et qu’il n’y ait pas lieu de s’inquiéter, il existe quelques signes avant-coureurs qu’il convient de connaître. Si vous ressentez l’un des signes suivants, rendez-vous aux urgences.

  • Maux de tête qui surviennent rapidement, brusquement et/ou sans répit pendant des heures.
  • Maux de tête avec fièvre
  • Maux de tête avec raideur de la nuque
  • Changements sensoriels graves comme une cécité temporaire, une surdité ou des difficultés à parler
  • Evanouissement ou perte de conscience
  • Sentiment d’être « hors de soi », vertige, perte de mémoire ou changements inhabituels des facultés mentales
  • « Premier ou pire mal de tête de votre vie

Il ne s’agit là que de quelques lignes directrices, mais si vous vous sentez vraiment mal pendant un épisode de maux de tête prenez contact avec un professionnel de la santé le plus rapidement possible.

Maux de tête hormonaux et migraines : Principaux enseignements

Les maux de tête sont l’une des affections les plus courantes dans le monde, et les personnes qui souffrent de maux de tête ne sont pas les seules à en souffrir. AFAB sont plus touchées que les personnes AMAB. Il existe plusieurs catégories de maux de tête, dont les céphalées de tension, les céphalées de sinus, les céphalées en grappe, les céphalées hormonales et les migraines, qui sont des maux de tête. des maux de tête qui s’accompagnent d’un ensemble spécifique de symptômes supplémentaires.

Pour un soulagement immédiat des maux de tête, les AINS en vente libre (comme Advil ou Aleve) sont la meilleure solution. Vous pouvez également essayer des remèdes comme la caféine (en quantité modérée), l’aromathérapie et l’exercice physique à faible débit. Toutefois : si vous avez un mal de tête accompagné de l’un des signes d’alerte énumérés ci-dessus, ou si vous avez un mal de tête qui ne disparaît pas après plusieurs jours, contactez votre médecin le plus rapidement possible.

Les migraines et les maux de tête hormonaux sont un autre symptôme auquel les personnes ayant un utérus sont souvent confrontées à certains moments de leur cycle. Nous espérons que ce guide vous a donné quelques outils pour vous aider à faire face à la situation. Sachez que la prochaine fois que vous aurez une migraine, vous ne serez pas seule ! Nous sommes à vos côtés, gant de toilette froid sur le front et tout le reste.

Cet article est publié à titre d’information uniquement et ne constitue pas un avis médical, pas plus qu’il ne remplace une consultation avec votre médecin. Si vous avez des préoccupations ou des problèmes gynécologiques/médicaux, veuillez consulter votre médecin.

2021 AuBonheurdesrègles Tous droits réservés.